TRANSPORT – La crise du bus à Casablanca semble prendre fin après un épisode de grève des chauffeurs de M’dina Bus qui avait fortement perturbé le transport dans la capitale économique. La société espagnole Alsa, qui reprend la gestion des bus de la ville, et l’Etablissement de coopération intercommunale (ECI), Al Baida, ont signé, ce jeudi 31 octobre, un contrat de gestion déléguée de transport collectif urbain. 

Signé par la présidente d’Al Baida, Imane Sabir, le directeur général d’Alsa Maroc, Alberto Perez, et le directeur général de Casa Transports, Nabil Belabed, ce contrat prend effet dès demain, 1er novembre, et porte sur une durée de 10 ans, pouvant être prolongée de 5 ans.

Les deux signataires s’engagent à assurer le transport urbain dans l’ensemble du territoire, soit les 18 communes du Grand Casablanca. Au cours d’une première phase initiale du contrat, du 1er novembre 2019 au 31 décembre 2020, Alsa Al Baida, dénomination donnée à la nouvelle filiale du groupe Alsa Transport, opérera, d’abord, avec quelque 250 bus “dans un état fortement détérioré” repris de M’dina Bus dont le contrat a expiré ce 31 octobre. Puis, la société mettra en circulation, de manière progressive, 400 bus d’occasion.

La phase suivante prendra effet à partir de 2021 et devrait connaître le déploiement d’une flotte permanente de 700 bus neufs, financés conjointement par l’ECI et Alsa. Le contrôle de ce nouveau contrat sera confié à la SDL Casablanca Transport SA, dans le cadre d’un mandat de l’ECI relatif au pilotage opérationnel du contrat en question.

Filiale du groupe Alsa Transport qui opère depuis 20 ans au Maroc et qui assure actuellement le service de transport public par autobus à Marrakech, Agadir, Tanger, Khouribga et Rabat-Salé-Temara, la nouvelle société Alsa Al Baida entamera son service selon un nouveau modèle de gestion déléguée.

Source : huffpostmaghreb.com